Un lourd tribut et des crimes contre l'humanité à Gaza

Un lourd tribut et des crimes contre l'humanité à Gaza

L’annonce d’une trêve « illimitée » entre Palestiniens et Israéliens est un bonne nouvelle pour la population de Gaza harassée et endeuillée.
 
L’agression israélienne qui a meurtri la petite enclave surpeuplée laisse un bilan catastrophique :
 
Environ 2200 morts dont seuls 265 sont membres de groupes armés. Le reste sont reconnus comme des  civils : 560 enfants, 253 femmes, 98 personnes âgées et plus d’un millier d’hommes de tout âge.
 
L’agression a laissé plus de 11 000 blessés dont 3214 enfants, 2037 femmes et 400 personnes âgées.
 
Beaucoup parmi les blessés, enfants compris, ont été rendus définitivement invalides.
 
La guerre contre Gaza a été le théâtre  de plusieurs actes qualifiés par les observateurs de « crimes de guerre », de « crimes contre l’humanité » et de violations du droit international.
 
Des massacres avérés ont été reconnus.
 
Huit hôpitaux et 34 cliniques ont été bombardés. 57 ambulances ont été détruites. Les infrastructures gazaouies ont également été une cible privilégiée des bombardements israéliens.  Ces derniers ont rasé  ou partiellement détruit 3 442 bâtiments publics dont 194 écoles et 190 mosquées.
 
L’accès à l’eau et à l’électricité reste d’une très grande difficulté pour beaucoup de gazaouis.
 
Près de 500 000 personnes sont toujours réfugiées dans les écoles de l’UNRWA et environ 60 000 habitations ont été détruites.
 
La situation humanitaire est très préoccupante avec notamment des besoins médicaux importants. Les experts estiment à environ 200 000 les enfants ayant besoin de soins ou d’ accompagnement psychologiques pour faire face aux traumatismes qu’ils ont vécu et qu’ils continuent à vivre.
 
C’est dans ce contexte catastrophique que l’UOIF appelle, de nouveau, les musulmans de France à maintenir leur généreux soutien aux organisations humanitaires qui œuvrent au profit du peuple palestinien.
 
L’UOIF appelle l’ONU, les organisations internationales, l’Europe et la France à peser de tout leur poids pour que toute la lumière soit faite sur les crimes commis dans cette guerre contre Gaza et que justice soit un jour rendue.
 
L’UOIF rappelle, que ce lourd tribut supporté avec courage par le peuple palestinien est malheureusement le prix que ce dernier a décidé de payer pour aboutir à la levée du blocus qui le terrasse depuis 2007 et pour mettre fin aux humiliations qu’il vit quotidiennement, dans l’indifférence générale.
 
L’UOIF espère que ce blocus inhumain soit définitivement levé.
 
L’UOIF appelle au respect du droit international et des résolutions des Nations Unies, continuellement ignorées par Israël, afin de permettre au peuple palestinien de vivre enfin de façon digne et de jouir enfin du droit élémentaire de disposer de lui-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *