Le jeûne des juifs et des chrétiens

Ô les croyants ! Nous vous avons prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindriez-vous la piété [Sourate 2 – Verset 183]. Nous avons tous déjà lu ce verset sans pour autant savoir comment jeûnent nos amis juifs et chrétiens.
 
Le jeûne des chrétiens : le Carême
 
Si le Carême n’est pas le seul jeûne des chrétiens, il est le plus connu, comme le jeûne de Ramadan pour les musulmans. Il s’agissait, au Moyen Age, d’un jeûne de quarante jours avant Pâques, sans compter les dimanches car on ne jeûne pas le jour du Seigneur. Ce jeûne de quarante jours, tout comme le jeûne de l’Avent (40 jours avant Noël), fait référence à celui de même durée que fit Jésus dans le désert. En réaction à cette période de privation, une fête profane a vu le jour la veille de carême, le Mardi gras, où a lieu le carnaval (dont une des étymologies donne « carne vale », qui signifie « autorisation de manger de la viande »).
 
Il existait également d’autres jeûnes comme les deux jours maigres chaque semaine (= sans viande) : mercredi et vendredi. Un jeûne total était demandé pour le premier jour du carême, appelé Mercredi des Cendres, et pour le Vendredi Saint (une collation est aujourd’hui autorisée et il était permis de boire). Les chrétiens pratiquaient aussi le jeûne eucharistique : les jours où l’on communie à la messe, il était interdit de manger avant d’avoir reçu la Communion.
 
Le jeûne était une interdiction de consommer des aliments non maigres, c’est-à-dire la plupart des viandes, les laitages, les œufs, etc.). Cette interdiction ne concerne pas le poisson, qui devint donc le plat principal par excellence du vendredi.
 
En pratique, aujourd’hui …
 
De nos jours, l’obligation de faire « maigre » pendant le Carême demeure en théorie. En pratique, certaines personnes essaient de manger moins riche, en supprimant par exemple la viande rouge, les confiseries, la pâtisserie. Par ailleurs, diverses familles continuent par tradition à manger du poisson le vendredi.
 
Les seuls jeûnes encore prescrits sont ceux du Mercredi des Cendres et du Vendredi Saint. Le jeûne du Vendredi Saint (non consommation de viande) est encore suivi par de nombreuses personnes d’origine catholique, même non pratiquantes.
 
L’orthodoxie : une pratique plus exigeante
 
Pour l’église orthodoxe, le jeûne est fondé sur une pratique de Jésus dans le désert et sur une réponse qu’il fit un jour à ses apôtres. À propos d’un démon que Jésus venait d’expulser, les disciples lui demandèrent : « Pourquoi nous autres, n’avons-nous pu l’expulser ? » Et Jésus répondit : « Cette espèce-là ne peut sortir que par la prière et par le jeûne ». Ce dernier mot a disparu de certaines versions du texte évangélique mais il figure toujours dans les versions utilisées pour la liturgie orthodoxe. La pratique du jeûne n’est pas un commandement en soi mais c’est un moyen de se conformer plus exactement aux commandements du Seigneur.
 
Les jours de jeûne ne s’arrêtent pas à la liste évoquée ci-dessus et les modalités du jeûne sont plus strictes. Elles varient selon les personnes (âge, état de santé, prescription du père spirituel) et selon les jours du calendrier. On peut distinguer sept types de jeûne allant de la simple abstinence de viande au jeûne total et continu sur plusieurs jours. Le plus courant est l’abstinence de viande, de laitage, de vin, d’huile et de poisson mais on rencontre souvent aussi le jeûne jusqu’à la demi -journée puis abstinence de viande, de laitage, de vin, d’huile et de poisson.
 
Protestant et Carême : pas de jeûne imposé
 
L’Eglise protestante n’impose pas le jeûne. Pour eux, le Carême est un temps de méditation et de retour à la spiritualité.  Les Églises de la Réforme ont la volonté de marquer ce temps de Carême par l’organisation de nombreuses actions incitant le croyant à aller vers les autres; sous formes de don ou d’action humanitaire par exemple.
 
Pour les juifs : abstention complète de nourriture et de boissons
 
Dans le judaïsme, un jeûne signifie une abstention complète de nourriture et de boissons, eau comprise. La prise de médicaments, voire le brossage de dents sont interdits lors des deux jeûnes majeurs, c’est-à-dire Yom Kippour (le jour du Grand Pardon) et Tisha BeAv, mais sont permis lors des jeûnes mineurs. Pour ces deux jours de jeûne majeur, il sera également interdit de se laver, de se parfumer ou d’utiliser tout cosmétique, de porter des « sandales » (semelles de cuir), d’avoir une intimité conjugale. Le jeûne durera du coucher du soleil à la tombée de la nuit alors que pour les jeûnes mineurs, il seraobservé de l’aube à la sortie des étoiles. Yom Kippour est le seul jour de jeûne explicitement mentionné dans la Torah.

2 Comments

  1. Maurice dit :

    Un souhait :
    Que la moitié des musulmans soient aussi tolérants que vous l’êtes en faisant cette publication !
    (Maurice, Chrétien traditionaliste)

  2. Warda dit :

    Une vérité
    Il n y a pas plus tolérant que l Islam
    Warda, musulmane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *