De la place de la maman en Islam

Beaucoup de familles célèbrent aujourd’hui, en France, la fête des mères.
Cette fête historiquement ancrée dans la Grèce antique, puis célébrée depuis, selon le calendrier chrétien, se veut un hommage dédié aux mères.

Certes, il n’est pas besoin de consacrer une seule journée pour célébrer les mamans, et on ne peut passer sous silence cette récupération indigne et opportuniste que les publicitaires et les magasins de toutes marchandises font.

Mais il n’est pas inutile d’en profiter pour parler des mamans et de l’égard qui, en principe, doit leur revenir de droit. Les références musulmanes considèrent le respect qui doit être dévolu aux parents, et particulièrement aux mères, central, voire intimement lié à l’adoration de Dieu.

« Ton seigneur a décrété de n’adorer que Lui, et d’agir de la meilleure des manières envers les parents ».  (Israa, verset 23)

L’unicité de Dieu, crédo essentiel de la foi musulmane, est ici directement suivi par le respect obligatoire des parents. Et le prophète Mohammed, répondit trois fois à un compagnon qui l’interrogea sur la personne envers qui il doit bienveillance et affectueuse compagnie, répondit à trois reprises « ta mère » avant de dire « ton père ».
Le coran nous rappelle, en tant qu’enfants, les sacrifices consentis par les mamans :

« Nous avons enjoint à l’Homme (de bien agir ) envers ses parents : sa mère l’a porté de faiblesse en faiblesse, et son sevrage s’accomplit au bout de deux ans, sois donc reconnaissant envers Moi et envers tes parents, et c’est vers Moi que se fera le retour… ».

(sourate Luqman verset 5)

Rien ne peut remplacer les sacrifices d’une maman pour ses enfants. 9 mois de grossesse sont neuf mois de préoccupation , d’attention et de fatigue… 

Le prophète Mohammed (Paix et Salut de Dieu sur lui) nous enseigne « Le paradis se situe aux pieds des mamans … », manière de nous rappeler que l’accès au paradis passe par la qualité du comportement que l’on a avec sa maman.

Cet impératif s’inscrit dans une injonction plus générale ; la centralité de la famille. Celle-ci, dans la vision de l’Islam, ne s’arrête pas au simple couple et aux enfants, mais s’étale le plus largement possible, pour englober les oncles, tantes, cousins, grands-parents…etc. Les humains sont, selon le Coran voués à se connaitre mutuellement

( ياأيها الناس إنا خلقناكم من ذكر وأنثى وجعلناكم شعوبا وقبائل لتعارفوا ) les appartements verset 13

« Ô gens, nous vous avons créé d’un homme et d’une femme, et avons fait de vous des peuples et des tribus afin que vous vous connaissiez mutuellement…. », et on ne peut être fidèle à cet enseignement sans donner de l’importance à la famille. Les liens de sang « Arrahim » dérivé du radical « utérus », n’est pas sans rappeler « الرحيم » Miséricordieux « La piété filiale, selon un hadith transcendantal, est suspendue au Trône du Miséricordieux, quiconque œuvre à la consolider, Dieu le rétribue et quiconque la rompt, Dieu le sanctionne .

Aussi, le moment le plus crucial où nos mères, et plus globalement nos parents, ont besoin de nous, c’est lorsqu’ils deviennent avancés dans l’âge.
Il est hypocrite de leur rendre visite pendant les fêtes (y compris les fêtes musulmanes) et les reléguer à la solitude, et la tristesse, le reste de l’année…

A.O

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *