COMMUNIQUE DU GROUPE D’AMITIE ISLAMO-CHRETIEN (GAIC)

COMMUNIQUE DU GROUPE D’AMITIE ISLAMO-CHRETIEN (GAIC)

Alors que notre association va coordonner les 19èmes Semaines de Rencontres Islamo-Chrétiennes, les récents événements survenus à la suite de l’attaque de la Préfecture de Police de Paris augmentent encore le trouble dans la société française. Dans son discours du 8 octobre, le Président de la République a promis un combat sans relâche face au terrorisme islamiste. Ce n’est en aucun cas un combat contre une religion, a-t-il continué, mais contre son dévoiement, qui conduit au terrorisme.
Nous ne pouvons qu’appuyer de tels propos.

En revanche, notre association est prise d’une grande inquiétude, lorsque, dans ce même discours, le chef de l’Etat a appelé à une « société de vigilance » où chacun pourrait « repérer à l’école, au travail, dans les lieux de cultes, près de chez soi, les relâchements, les déviations ».
Les évènements et propos survenus dans les jours suivants nous paraissent lourds de dangers pour la communauté nationale :L’humiliation d’une mère de famille voilée, accompagnant des enfants à une séance du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté ;La mise à disposition à l’Université de Cergy-Pontoise d’une fiche de déclaration en cas de suspicion de radicalisation d’un enseignant ou d’un étudiant, sur la base de critères pouvant conduire à la dénonciation de n’importe quel musulman ;La déclaration du ministre de l’éducation « le voile en soi n’est pas souhaitable dans notre société », alors qu’il venait de constater : « la loi n’interdit pas aux femmes voilées d’accompagner les enfants ».Il est à redouter que la liste ne s’allonge à l’approche de la campagne des élections municipales en mars prochain.

C’est pourquoi nous jugeons de notre devoir de dénoncer publiquement les déclarations et les pratiques stigmatisantes qui distendent les liens entre les citoyens. Si les musulmans sont montrés du doigt et cloués au pilori en tant que tels, comment espérer qu’ils se sentent partie prenante de la nation ?

Au lieu d’une délation sans fondement juridique favorisant le repli communautaire, nous prônons un dialogue franc et serein entre citoyens et avec les autorités, les lieux d’enseignement, les institutions et les associations de la société civile. Nous leur proposons de vivre ce dialogue dans l’amitié qui permet une meilleure connaissance des textes, des rites et usages de nos religions chrétienne et musulmane.

Nous croyons que ces partages et rencontres islamo-chrétiennes sont un ferment de concorde, car elles nous rapprochent dans une connaissance mutuelle, respectueuse et enrichissante.

Haydar Demiryurek et Hélène Millet, co-présidents du Groupe d’Amitié Islamo-Chrétienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *